Hospitalisation et spiritualité

Nous avons déjà évoqué dans plusieurs articles l’importance des aspects culturels pour une approche des soins orientée patients. La spiritualité est fortement liée à ces aspects culturels : elle est issue d’une réflexion personnelle autour d’expériences de vie, et peut être liée ou non à la religion.

Le patient hospitalisé et ses proches, confrontés à des situations de maladie grave ou de mort imminente, cherchent souvent à donner du sens à la situation, à apprivoiser des angoisses et exprimer des sentiments profonds. Le fait de se rattacher et de se rassembler autour de notions spirituelles peut aider à surmonter certaines situations (aussi surmontables qu’elles puissent être), pallier à la solitude et augmenter la résistance psychologique pour faire face à la maladie.

La spiritualité est souvent mise sur le côté par les professionnels de soin : ils se concentrent sur les aspects médicaux et purement physiques de la prise en charge et doivent faire preuve de neutralité pour aborder le patient en toute objectivité. Le site Hospichild propose un dossier pertinent sur le sujet, évoquant les approches de la spiritualité à l’hôpital, le défi que cela représente pour les soignants et des exemples de mise en pratique.

Suite à un groupe de travail mené à l’Université de Lausanne pour traiter de « L’esprit et ses mécanismes face à la mort », un cycle de conférences a été mené en 2013 sur la santé et la spiritualité. Le psychiatre Jacques Besson, professeur à l’Université de Lausanne, a participé à ce groupe de travail et introduit ici la notion de Santé spirituelle.

Image de prévisualisation YouTube

Découvrez également l’intervention du Professeur Dominique Jacquemin, lors de la conférence organisée par l’asbl Sesame en 2012 « Spiritualités : quelle place leur accorder dans les soins ? ».

N’hésitez pas à nous faire part de vos expériences sur le sujet.

Témoignage d’une médiatrice culturelle

Alma est médiatrice culturelle au CHU St Pierre, elle est interprète et accompagne chaque jour des patients albanais ou italiens. Un témoignage qui révèle le rôle essentiel de cette mission pour répondre aux besoins des patients : ces professionnels établissent un lien interculturel primordial face au décalage lié à la perception du corps et à la maladie. Ils contribuent à la qualité des soins en assurant la communication avec le patient et en garantissant un relais de l’information médicale utile.

Lisez le témoignage dans son intégralité sur Bruxelles Bondy Blog

shutterstock_126292490

 

 

Inégalités de santé face au phénomène migratoire

En 2012, le groupe de travail ETHEALTH a rassemblé des experts en soins de santé et spécialistes de l’interculturel pour formuler des recommandations afin de réduire les inégalités de santé parmi les migrants et minorités ethniques. Plus que jamais d’actualité, ces recommandations portent sur quelques principes-clés :

  • Assurer une prise en charge adaptée à ces groupes de populations en tenant compte du quotidien de la personne, de son contexte socio-économique, culturel et de communication, pour favoriser des soins de santé non discriminatoires.
  • Prévoir des formations pour sensibiliser le personnel soignant, afin d’avoir des professionnels culturellement compétents face aux inégalités ethniques de santé.
  • Assurer un processus de prévention et de promotion de la santé auprès des migrants et des minorités ethniques, leur donner les mêmes opportunités que le reste de la population.
  • Etre particulièrement attentifs aux groupes plus vulnérables, ne disposant pas encore de couverture santé ou présentant des troubles de la santé mentale.

Ces recommandations peuvent servir de support pour un débat interne sur la politique à mener afin de favoriser l’égalité des soins.

Si vous avez des ressources à nous partager sur cette thématique, n’hésitez pas à nous les faire parvenir à info@patientfriendlyhospital.be

« Vers les soins de santé interculturels : recommandations pour la réduction des inégalités de santé parmi les migrants et minorités ethniques.  », V.Lorant, I. Deluyn, M. Dauvrin, I. Coune et H. Verrept, décembre 2011.