Ecouter davantage les patients ?

En France, la thématique de l’écoute des patients a été traitée dans un livre rédigé par deux professeures en médecine. « Ces patients qu’on écoute plus », se base de plusieurs constats :

  • Les patients n’ont plus le temps d’exposer leurs symptômes ou d’exprimer ce qu’ils vivent. Une étude publiée en 1999 dans le British Medical Journal (et répliquée à plusieurs reprises) évoque une moyenne de 23 secondes d’écoute du patient par consultation.
  • La parole du médecin est constamment interrompue entre coups de fils, urgences administratives et demandes de soins.

Ecoute_patientL’écoute du patient semble donc de plus en plus négligée, pour diverses raisons. Quand on sait que la prévalence du burn-out est deux fois plus élevée chez les médecins que dans les autres professions, ce sont les plus « écoutants » qui sont souvent les plus exposés à ce risque. Selon les auteurs, l’écoute est peu valorisée par certaines institutions hospitalières car considérée comme moins rentable que d’autres actes médicaux. D’autre part, l’enseignement de techniques simples qui contribuent à améliorer l’écoute est peut intégrée dans les cursus. Alors que pour bien soigner, il est primordial d’écouter…

 

Source : Article de Rafal Naczyk publié dans « Moustique » du 12/10/16. « Docteur, écoutez ! » – Anne Revah-Levy et Laurence Verneuil – Albin Michel, 146 p.

 

Hospitalisation à domicile : un appel à projets pilotes

Les initiatives d’hospitalisation à domicile sont dans l’ère du temps et se multiplient. Leur objectif principal est de permettre aux patients de bénéficier des meilleurs soins dans leur environnement familier et confortable. Bien sûr, il ne s’agit pas d’imposer cette formule à domicile au patient, qui a toujours le libre choix d’être traité à l’hôpital.

Pour favoriser le déploiement de telles initiatives, un appel à projets pilotes a été lancé par le Ministère des Affaires sociales et de la Santé publique. Il s’agit principalement de tester deux types de projets :

  • L’hospitalisation à domicile pour les patients soumis à une antibiothérapie – différents hôpitaux du pays le testent déjà actuellement.
  • L’hospitalisation à domicile pour d’autres types de prise en charge, comme les tests du sommeil qui ne nécessitent pas nécessairement un séjour à l’hôpital.Hospit_domicile

L’objectif de cette appel à projet est d’impliquer le patient comme partenaire actif dans le processus décisionnel thérapeutique, de l’accompagner de la manière la plus efficiente possible, et ce, sans aucun frais supplémentaire à sa charge.

Les propositions de projets doivent être introduites par des groupes de prestataires de soins ou de services, et doivent impérativement comprendre une collaboration avec au moins un hôpital au sein duquel l’expertise médicale et infirmière est prévue.

Plus d’infos sur le site de l’INAMI.

Journée européenne des Droits des Patients

Le 18 avril était la journée européenne des droits des patients. L’occasion de revenir sur une campagne de communication du Ministère de Santé, qui rappelle ces droits en image.

Image de prévisualisation YouTube

Retrouvez ici la chaîne qui reprend toutes les vidéos.

Cette journée était également l’occasion de rappeler l’importance du consentement éclairé des patients sur l’échange de données médicales entre prestataires de soin. Un sujet abordé dans le Forum (RTBF La Première), avec plusieurs intervenants :

  • Jean Hermès, secrétaire général des mutualités chrétiennes
  • Thomas Orban, médecin généraliste
  • Jean-Jacques Quisquater, professeur en cryptographie.

Le dossier informatisé présente de nombreux atouts pour la prise en charge du patient : il évite de multiplier les examens médicaux et facilite l’échange de données entre prestataires de soins. C’est un outil précieux pour les malades chroniques et il permet de maintenir chaque patient informé (notamment) de ses rappels de vaccins. Toutefois, cette gestion électronique des données médicales ne peut être établie sans l’accord du patient, ce qui nécessite la garantie d’un outil sécurisé. Un élément incontournable qui augmente la contrainte en terme de développement mais aussi en terme d’utilisation par les prestataires de soin. D’autre part, la question se pose aussi de savoir comment formuler les informations dans ce dossier partagé, pour qu’elles soient consultées uniquement par le monde médical, ou également compréhensibles pour le patient et sa famille.

Ecouter le podcast de l’émission « Le Forum de Midi », diffusé sur RTBF La Première.

 

Accompagnement des patients : le boom des applications web

La santé mobile et connectée occupe une place de plus en plus importante dans notre société. Divers types d’applications voient le jour pour susciter l’empowerment du patient, lui rappeler les traitements à prendre, lui permettre de gérer les contacts ou prises de rendez-vous avec les professionnels de santé, etc. Certaines applications ont notamment été développées pour les patients atteints de maladies chroniques (suivi des traitements, informations et actualités relatives à la maladie, …) : selon une étude menée en France par le Lab e-santé, 21,5 % des patients atteints de maladies chroniques auraient déjà téléchargé une telle application.

shutterstock_388246855

De nombreux patients évoquent l’utilisation de tels outils avec leur médecin – tout comme ils partagent ou s’interrogent sur l’information trouvée en ligne (voir nos articles à ce sujet). Certaines applications permettent également d’assurer une continuité de la relation médecin-patient. Un de ces outils permet notamment au patient de contacter directement son médecin afin de lui poser des questions sur son traitement. Via un canal privé et sécurisé, la relation médecin-patient peut ainsi être assurée aisément en période de post-hospitalisation : le médecin (généraliste ou spécialiste) peut rassurer le patient s’il a des questions sur son traitement et l’accompagner dans la gestion d’une nouvelle situation. Le patient peut également, via la même application, solliciter un rendez-vous en quelques clics.

Qu’en pensez-vous ? Qu’en est-il de vos propres pratiques ? Utilisez-vous ou suggérez-vous certaines applications aux patients ? Dans quelle mesure ce type d’outils vous semble t-il pertinent pour améliorer l’accompagnement des patients ?

Vos réactions peuvent alimenter la réflexion sur ce type de technologie en plein développement, n’hésitez pas à nous les partager.