Des projets d’E-santé pour améliorer le bien-être des patients

Ces dernières années, de nombreux projets ont été développés dans le domaine de l’e-santé, analysant les besoins des patients pour tenter d’améliorer leur bien-être. Ils apportent souvent leur contribution au processus d’empowerment, impliquant bien souvent les patients dès les premiers stades de la conception de l’outil. Quelques exemples inspirants.

Le projet Story Table, développé par la Haute École d’Art Sint Lucas d’Anvers, propose des contes de fée interactifs pour les enfants hospitalisés. Un outil qui vise à lutter contre le stress, l’ennui et la solitude chez les enfants séjournant à l’hôpital, via tablettes éducatives.

Un autre projet, développé par la Haute Ecole Thomas More à Anvers et Malines, est axé sur la littéracie en santé et a pour objectif de simplifier la communication avec le patient, pour la rendre plus accessible à tous.

La Magic Voice Tablet développée par le CHU UCL Namur (site de Godinne), a été lancé dans l’institution en 2015. Il consiste en deux applications de synthèse vocale pour les laryngectomisés, afin de pouvoir recommuniquer directement après l’intervention.

De belles avancées technologiques qui contribuent à rendre nos soins de santé plus « Patient Friendly ».

Sécurité des patients : un livre blanc formule des recommandations

‘La sécurité des patients peut (et doit) encore être amélioré’, tel est le titre d’un Livre Blanc qui vient d’être publié par l’Université d’Hasselt. Ce document a été développé par le groupe de recherche ‘Sécurité du patient’ de l’Université et considère le contexte en pleine mutation des soins hospitaliers. Alors que de nombreux efforts ont été réalisés au cours des dernières années en matière de sécurité des patients, celle-ci semble rarement être une priorité structurelle dans l’organisation quotidienne et la réalisation des soins, ou encore dans la formation des professionnels de la santé. Les experts ont transposé les huit recommandations de la National Patient Safety Foundation au contexte des hôpitaux flamands. L’accent a été mis sur les caractéristiques systémiques, les points forts et les améliorations possibles.

Les huit recommandations du rapport sont les suivantes :

  • Faites de la culture de la sécurité une priorité
  • Développez un aperçu coordonné
  • Créez des indicateurs de sécurité pertinents
  • Investissez dans la recherche scientifique
  • Axez-vous sur la totalité du trajet de soins
  • Soutenez les professionnels dans les soins
  • Développez des partenariats avec les patients et leurs proches
  • Assurez la sécurité de la technologie et de l’informatique et utilisez-les de manière optimale

L’intégralité du document (en néerlandais) peut-être téléchargée au lien suivant 

Un collier de super héros pour faire face au cancer

Les hôpitaux universitaires de Genève ont initié un projet ludique pour encourager les enfants qui doivent faire face à un traitement contre le cancer. Dès leur prise en charge, ils reçoivent un collier de combat, et à chaque étape de soin, une perle pour le compléter. Un collier symbolique qui contribue à encourager les petits patients, les invitant à persévérer pour faire face à la maladie.

Image de prévisualisation YouTube

Ce projet, né aux Pays-Bas, est une manière différente d’aborder le cancer chez l’enfant. Aux Hôpitaux universitaires de Genève, il est réalisé avec le soutien de la Fondation privée des HUG, de la Ligue vaudoise contre le cancer et de Zoé4life.

Des projets d’e-santé soutenus par le gouvernement

Les applications mobiles de soins de santé se développent de plus en plus, et correspondent aux tendances actuelles qui contribuent à l’empowerment des patients, encourageant une implication dans leur propre prise en charge. Le SPF Santé a récemment lancé un appel à projet qui a mené à la sélection de 24 initiatives (sur 98 introduites). Ces projets doivent permettre au patient, à son entourage et à différents dispensateurs de soins de collecter, visualiser, partager et utiliser intelligemment et à long terme, des informations relatives à la santé et au bien-être. Une initiative qui s’intègre directement au plan national E-Santé. Les projets sélectionnés bénéficieront d’un financement et leur développement sera suivi par divers acteurs durant 6 mois : mutualités, hôpitaux, services de soins à domicile, cercles de médecine générale, etc. Les projets concernent divers domaines : affections neurovasculaires et cardiovasculaires, soins diabétiques, douleurs chroniques, santé mentale,oncologie, apnée du sommeil, BPCO,…

Des outils modernes qui témoignent de l’évolution de la prise en charge du patient.

Pour plus d’infos sur ces projets sur le site de l’INAMI.

Burn out aux urgences

Le réalisateur belge Jérôme Lemaire est passionné par l’observation de l’être humain et la manière dont il s’organise pour vivre en société. Il a réalisé ce documentaire pour évoquer une pathologie de notre époque, avec un focus sur les soignants – et non sur les patients. Alors que de nombreuses personnes sont aujourd’hui touchées par ce fléau, ce documentaire le traite sous un angle différent, illustrant le vécu quotidien de l’équipe chirurgicale d’un hôpital parisien qui fonctionne continuellement en flux tendu. Consciente de ce problème, l’administration de l’établissement a sollicité un audit sur l’organisation du travail, pour tenter de désamorcer la situation. Des témoignages de professionnels, face au burnout qui se propage, au stress cumulé et aux risques psychosociaux qui peuvent affecter directement la relation avec le patient. L’occasion aussi d’évoquer des solutions pour pallier à de telles situation dans nos institutions de soin.

Télécharger le dossier du documentaire.

 

Un label de qualité pour les études cliniques menées à L’UZ Brussel 

Le mois dernier, l’UZ Brussel s’est vu décerner le label AAHRPP (Accreditation of Human Research Protection Programs) qui confirme que l’hôpital satisfait aux plus hautes normes de qualité en matière de recherche clinique.  Un label obtenu dans le cadre du projet ClinicoBru (The Brussels Clinical Trials Network), en collaboration avec les Cliniques Universitaires Saint-Luc et l’Hôpital Erasme (déjà accrédités). Ensemble, ils constituent le premier groupe d’hôpitaux européens à obtenir cette accréditation.

L’AAHRPP est un organisme d’agrément non-marchand indépendant qui encourage les processus effectifs, efficients et novateurs destinés à protéger les participants à la recherche clinique. Pendant l’audit, l’UZ Brussel a pu prouver qu’il garantit à tout moment la sécurité des participants aux recherches cliniques, aussi pour une approche plus optimale en terme de respect du patient.

« Les patients qui participent à la recherche clinique innovante obtiennent de nouvelles chances de guérison et fournissent une importante contribution aux avancées de la recherche au service de la société. Il est essentiel que chaque recherche clinique satisfasse à des règles strictes. Ainsi, dans notre hôpital, une recherche clinique ne peut commencer qu’à condition que le commanditaire et l’investigateur aient reçu formellement le consentement d’un comité d’éthique et que toute l’équipe de l’étude soit qualifiée », souligne le Pr Tony Lahoutte, directeur du Human Research Protection Programme de l’UZ Brussel.

Pour plus d’infos sur cette accréditation : www.aahrpp.org.